Il allait du couvre-lit au jupon.Des ouvrages puis des revues lui consacrèrent des pages, les armoires familiales en conservaient encore, ils furent exposés et petit à petit cet art ressuscita.Jaune et gris, très tendance!

Ce travail nécessitait de la batiste ou une mousseline tendue d'une autre toile plus rigide, souvent une indienne.Une machine à coudre! .

Ce bataillon est composé de 781 petits soldats  tricotés par des bénévoles des quatres coins du monde.Elles arrivaient par le port de Marseille, lieu d'échange important avec l'Orient et les pays du Levant.La technique du boutis est connue de par le monde sous le nom générique de broderie au cordon serti.